Derniers articles

KARAMAZOV

0_karamazovvictor-tonelli

KARAMAZOV
D’APRÈS LES FRÈRES KARAMAZOV
DE FÉDOR DOSTOÏEVSKI
MISE EN SCÈNE DE JEAN BELLORINI

Créé au Festival d’Avignon cet été, le Karamazov du bouillonnant Jean Bellorini nous embarque dans l’un des chefs-d’œuvre absolu de la littérature russe. Avec sa troupe de comédiens-musiciens-chanteurs, il délie les fils de l’intrigue sur fond de datchas de verre. Une aventure théâtrale puissante et saisissante, à ne manquer sous aucun prétexte !

« Alexéi Fiodorovitch Karamazov était le troisième fils d’un propriétaire foncier de notre district, Fiodor Pavlovitch, dont la mort tragique, survenue il y a treize ans, fit beaucoup de bruit en son temps et n’est point encore oubliée. » Première ligne du roman et tout est dit. Un père va mourir et c’est un de ses fils qui commettra l’innommable. Mais lequel ?… poursuivre la lecture

Céramiques et peintures poétiques à Jussy

Monique Wuarin, Christian Comelli, photo de  l'exposition à Jussy
Monique Wuarin, céramiste, et Christian Comelli, peintre, cherchent, à travers leurs travaux respectifs, à donner véritablement chair à leurs investigations poétiques.  Leurs itinéraires professionnels se sont croisés il y a maintenant dix ans. Les différentes disciplines artistiques évoluent, s’entremêlent et du coup s’obligent à une perpétuelle remise en question : le volume n’est pas le monopole de la sculpture et inversement la couleur n’est pas le domaine exclusif de la peinture. poursuivre la lecture

Ce drôle d’amoureux de la vie raconte la genèse de son spectacle, ses inspirations et ses projets futurs. Monologue : 

Fausto Borghini« Ce spectacle est né d’une façon plutôt inattendue, lorsque j’ai eu une crise cardiaque sur mon lieu de travail. Dans l’angoisse, couché dans l’ambulance, sur le chemin de l’hôpital… il m’est venu une idée.  « Fausto est toujours vivant ! »

Il m’a semblé important d’essayer de rire de cet évènement… pas très drôle. Non, ce n’a pas été aussi difficile qu’on pourrait le penser. Je voulais dédramatiser !

Comédien, ça faisait déjà partie de mon bagage. J’étais animateur socio-culturel à 30% et comédien à 70%, alors je me suis dit : Il faut faire ce dont t’as envie ! J’ai décidé d’arrêter l’animation et d’écrire ce spectacle. C’était la première fois que j’écrivais quelque chose – enfin, à part des cartes postales : avant, je jouais dans des pièces de théâtre mais surtout dans des spectacles d’improvisation.  J’avais envie de vivre mes rêves, de m’amuser un peu plus… Non, non, vraiment beaucoup plus !

poursuivre la lecture

Michaël Perruchoud, par Charly RappoAuteur de dix romans et d’un recueil de poèmes, fondateur de la maison d’édition Cousu Mouche, chanteur du groupe Ostap Bender, et… père de famille, Michaël Perruchoud met sa casquette d’écrivain pour nous raconter ses projets. 

Comment avez-vous commencé à écrire ?

Ce que je raconte souvent, c’est que quand je n’aimais pas la fin des Bibliothèques Roses, j’enlevais les dernières pages et je les réécrivais – j’ai retrouvé des feuillets qui doivent dater de mes 7 ou 8 ans. 

Je ne me suis jamais dit : je commence à écrire, ça a toujours relevé de l’évidence. 

Vous avez une méthode de travail particulière ?

Souvent c’est le livre qui décide. Parfois, j’ai besoin d’un plan, j’ai besoin de voyages… mais il arrive que les choses viennent très instinctivement. Je n’ai jamais eu de méthode qui fonctionnerait toujours. 

J’ai été quelqu’un qui écrivait énormément le soir et la nuit, qui écrivait dans les bistrots.

Maintenant je suis père de famille et j’ai beaucoup moins de temps pour ça, donc je suis devenu un écrivain du wagon-restaurant des CFF. On s’adapte. 

Vous aussi, vous aimez écrire dans les trains ?

poursuivre la lecture

André Durussel - par L. Dubois BCU-UNIL

André Durussel – par L. Dubois BCU-UNIL

Il semblerait que les frontières vous intéressent. Pensez-vous que votre idée de frontière est très différente de celle qu’avait votre père ?

Autour de cette notion de frontière et ce qu’elle représente actuellement pour moi, ma réponse est claire et à la fois nuancée. Elle n’est finalement pas très différente de celle qu’aurait eue mon père autrefois. Il la considérait surtout et d’abord comme un véritable instrument et lieu de travail… avant toute considération politique ou nationale. Sans frontières en effet, plus besoin de gardes ! C’était une profession de “fonctionnaire” très recherchée durant la crise économique des années 1930.

Or, comme pour la police ou la gendarmerie d’un Etat (mis à part la notion de “frontière naturelle”, par exemple entre la France et l’Espagne), le respect de la propriété territoriale et ses lois spécifiques, dans le cadre des échanges économiques avec d’autres pays, nécessitera toujours à mon avis des frontières, même dans des zones de libre-échange… La contrebande de produits alimentaires frelatés ou les contrefaçons dans le domaine de l’horlogerie sont deux exemples parmi d’autres, qui sont mentionnés en p.31 de cette sorte d’autobiographie posthume.

poursuivre la lecture

Rendez-vous des créatifs du Grand Genève

RencardLe 7 septembre se déroulera à Annemasse le rendez-vous des créatifs de la région. À cette occasion, le monde de la création se réunit  dans l’espace de coworking “Entrelac”  afin d’encourager des échanges et le tissage de liens dans une ambiance décontractée, conviviale et bienveillante.

poursuivre la lecture

Forum d’Affaires Franco-Suisse 2016

banner_original-1La CCI France Suisse prépare sa rentrée et se réjouit de vous accueillir lors de son 7ème Forum d’Affaires Franco-Suisse (FAFS) qui se tiendra le mercredi 28 septembre 2016 au Ramada Encore Genève.
  • Vous êtes entrepreneur suisse ou français et cherchez à développer votre activité de l’autre côté de la frontière?
  • Vous êtes concerné par la recherche de nouveaux partenaires et/ou planifiez une future implantation en Suisse ou en France?
  • Vous vous posez des questions sur la règlementation, la fiscalité et sur bien d’autres sujets relatifs à votre activité sur le marché voisin?

poursuivre la lecture

Blandine Robin © Yannick Perrin

Blandine Robin © Yannick Perrin

Mais qui est donc Blandine Robin ? Femme rock, voix sauvage, poète acoustique… Tour à tour douce, corrosive, amère et lumineuse, elle joue avec le décalage, le désaccord, mais aussi avec l’harmonie inattendue. Quelques questions pour cette reine déroutante de la chanson.

Comment – ou pourquoi – avez-vous commencé à chanter ?

Je ne me souviens pas avoir commencé à chanter. J’ai chanté tout le temps. C’était naturel pour moi de continuer dans ma vie professionnelle. C’est mon carburant.

Qui sont vos héro·ïne·s ?

Peter Pan, Robin des Bois et Gandhi. Le premier pour la liberté totale qu’apporte l’imagination. Robin des bois pour son intelligence et sa détermination à lutter contre les injustices sociales (j’ai écrit une chanson à son sujet). Gandhi pour sa lutte pacifiste qui m’impressionnera jusqu’à la fin de mes jours je crois. poursuivre la lecture