L’État et la Région Rhône-Alpes signent avec l’ARC du Genevois français la convention territoriale de coopération métropolitaine

Capture d’écran 2015-10-30 à 17.16.49Jeudi 29 octobre, Mme Isabelle DORLIAT-POUZET, Sous-préfète de Saint-Julien-en-Genevois, représentant l’État, M. Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes et M. Jean DENAIS, Président de l’ARC ont signé la convention territoriale de coopération métropolitaine du Genevois français. Cette déclinaison territoriale du Contrat de plan État-Région 2015-2020 confirme le soutien de l’État et de la Région aux grands
Le montant des contributions des partenaires s’élève à plus de 77 M€ dont 38,8 M€ apportés par l’État et 30,5 M€ par la Région dont une dotation spécifique de 5 M€ dans le cadre de la convention territoriale de coopération métropolitaine du Genevois français. Elle comprend une série de projets d’envergure métropolitaine portés par les collectivités membres de l’ARC. Au nombre des projets retenus figurent notamment le développement des pôles d’échanges multimodaux du Léman express et des services à la mobilité, des opérations exemplaires liées à la transition énergétique (expérimentation sur la méthanisation, écoquartiers) et au logement abordable, ainsi qu’un soutien à l’innovation et au développement économique (incubateur CERN, Cité de la Solidarité Internationale).

Quelques réactions:

Isabelle DORLIAT-POUZET salue « la mobilisation, aux côtés de l’État, de la Région et de l’ensemble des collectivités membres de l’ARC en faveur de l’avenir du Genevois français. Leur dynamisme se traduit dans l’élaboration de ce volet spécifique du Contrat de Plan État Région qui comporte des actions ambitieuses pour leur territoire »

Jean DENAIS souligne qu’« au-delà des moyens engagés, cette convention a une portée politique essentielle puisqu’elle reconnaît la réalité du Grand Genève et accompagne la transformation de l’ARC en pôle métropolitain. C’est la première fois depuis que le Contrat de Plan État-Région existe, et nous en sommes à la sixième génération, que le Genevois français est doté d’un dispositif qui lui est spécifique ».

« Avec cette convention territoriale, c’est la dynamique métropolitaine du Genevois français qui est prise en compte dans sa spécificité » explique Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes. « Mais j’insiste auprès de nos partenaires suisses : il n’y aura pas de Grand Genève sans investissements et sans participation du centre vers sa périphérie ; nous y contribuerons aussi. Il est nécessaire que ce financement se fasse sur une base claire et sécurisée»

Discussion 1 Comment

  1. DURUZ says:

    On ne peut que se réjouir de cette signature et de la concrétisation du Grand Genève. Français et Suisses sont conscients que cette région doit se développer, doit évoluer avec une participation financière de chacun, pour le plus grand plaisir de tous les habitants de cette magnifique région franco-valdo-genevoise.Tout le monde devra y mettre du sien pour s’entendre et se comprendre le mieux possible afin de ne pas bloquer tout le système dès qu’une divergence survient. Favorisons la concorde, évitons la discorde. J’ai bon espoir.

Publier un nouveau commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>