Genève se mobilise contre les violences sexuelles

Genève se mobilise contre les violences sexuellesDans le cadre de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, qui aura lieu le mercredi 25 novembre, le canton de Genève organise deux évènements gratuits et ouverts au public, destinés à le sensibiliser à cette thématique d’importance.
Le premier d’entre eux, conduit par le service de la solidarité internationale (SSI), est une conférence-débat sur les projets de solidarité internationale dans le domaine de la lutte contre les violences sexuelles dans les pays en développement.

Celle-ci aura lieu
le mardi 24 novembre 2015 à 18h30
au Club suisse de la presse. 106, route de Ferney

Ces dernières années, le fonds cantonal de la solidarité internationale a permis de soutenir les activités de plusieurs associations luttant contre les violences sexuelles dans des pays en développement. Que ce soit au Rwanda, en Thaïlande ou encore dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, plusieurs projets ont ainsi pu être menés grâce au canton de Genève.

 

 

Cette conférence-débat vise à :
• sensibiliser le public genevois sur la question des violences sexuelles dans les pays en développement ;
• présenter les actions entreprises par certaines associations qui travaillent sur la question des violences sexuelles dans les pays du Sud, notamment sur la protection et la santé des victimes ;
• mettre en exergue l’engagement du canton en faveur de la solidarité internationale, et plus particulièrement, dans la lutte contre les violences sexuelles.

PRE_violences_sexuelles_24-25_nov_2015-2Le second évènement est organisé par le bureau de la promotion de l’égalité entre femmes et hommes et de prévention des violences domestiques (BPEV), en partenariat avec la Haute école de travail social de Genève (HETS). Il s’agit d’une conférence de Mmes Audrey Guiller et Nolwenn Weiler intitulée « Le viol, un crime presque ordinaire ». Elle aura lieu


le mercredi 25 novembre 2015 à 18h00
Aula de la HETS
16, rue du Pré-Jérôme

Les conférencières, journalistes et auteures du livre éponyme, cerneront la question centrale de la banalisation du viol et des violences sexuelles, qui a comme conséquence de renforcer le sexisme ainsi que la culpabilité des victimes. Par des exemples tirés de leur enquête approfondie, elles analyseront les différentes causes et lieux de cette banalisation.

Le viol en quelques chiffres
Il est notoire que le report de la violence sexuelle à la police reste rare : selon les sondages de victimisation, le taux de dénonciation par des femmes victimes de violences sexuelles était de 9,5% dans le sondage suisse de 1998-2000 et de 6,1% selon les résultats suisses du sondage international de 2004.
Les infractions contre l’intégrité sexuelle représentaient, de 2000 à 2009, 4,6% de l’ensemble des infractions au Code pénal, dont les viols constituent une part de 10%. A noter cependant que le nombre absolu de cas dénoncés à la police est en augmentation croissante depuis les dernières décennies.

Publier un nouveau commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>