Élections fédérales : les candidats – Sylvain Thévoz

Le 18 octobre et le 8 novembre 2015 approchent à grands pas… et tous les regards se portent vers Berne. La campagne pour le renouvellement des deux Chambres fédérales est désormais lancée. On connaît les chiffres: 26 listes, 178 candidat(e)s, pour l’élection des 11 député(e)s genevois au Conseil national; 6 listes, 10 candidat(e)s, pour l’élection de deux conseillers/ères aux Etats.

Mais qui sont-ils donc ces Genevois et Genevoises qui se présentent aux élections fédérales? Grand Genève Magazine est allé à la rencontre des candidat(e)s pour leur poser quelques questions…

 

Sylvain ThevozPouvez-vous vous présenter brièvement à nos lecteurs ?

Je m’appelle Sylvain Thévoz, je suis membre du Parti Socialiste, candidat au Conseil National le 18 octobre prochain sur la liste 3.

Je suis né il y a 40 ans à Toronto, Canada. Fils d’un médecin suisse et d’une infirmière française. Après une enfance à Lausanne, des études à Montréal et Bruxelles, je vis à Genève depuis 10 ans.

Professionnellement, je travaille pour la Ville de Genève, au service de la solidarité et de la cohésion sociale. Mon engagement associatif est marqué. Je suis membre du comité de l’ATE, Association Transports et Environnement,  d’Appartenances: association proposant des soins psychologiques, un soutien et une intégration des personnes migrantes, d’Aspasie et de Boulevard: associations défendant les droits des personnes qui exercent le travail du sexe.

Je siège depuis 5 ans au conseil municipal de la Ville de Genève, à la commission de l’aménagement et du règlement, de la culture, ayant assuré la présidence de cette dernière en 2014.

L’écriture est ma passion. Je suis engagé dans le collectif Art et politique (Kunst und Politik) . J’anime en parallèle un blog sur le site de la Tribune de Genève, commecacestdit.blog.tdg.ch.

Je crois que l’Homme construit ses conditions de vie et qu’il n’y a nulle fatalité dans ce monde.

Quels grands axes comptez-vous défendre aux élections fédérales ?

Mon engagement repose sur 3 axes principaux :  le social, la place de la Suisse en Europe, les réformes fiscales à venir.

Je suis naturellement, de par mon engagement professionnel, sensible aux thèmes liés aux questions sociales. Je ne suis pas convaincu en l’état par la réforme des rentes AVS et du 2e pilier. Faire passer l’âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans, flexibiliser l’âge du départ à la retraite, abaisser fortement le taux de conversion des rentes du 2e pilier, augmenter massivement la TVA en faveur des retraites n’est pas une politique progressiste. Elu au parlement, je travaillerais fort, durant les prochaines années, pour que ce projet devienne beaucoup plus social. Les rentes de l’AVS doivent être augmentées de 10%, sans relèvement de l’âge de la retraite.

La question des migrant-e-s est une question essentielle, qui ne peut être laissée à la droite.  L’UDC devrait être rebaptisée l’Union of Dead Children : l’Union des enfants morts. Ce parti xénophobe, qui souhaite faire de la Suisse un pays renfermé sur lui et isolé, est directement responsable de la mort de centaines de gens, par les restrictions du droit d’asile qu’il a initié, l’interdiction de faire des demandes d’asile depuis les ambassades. Aujourd’hui, la Suisse est un pays vieillissant. Elle doit être responsable et avoir une vision d’accueil plus réactive. Elle n’a pas le droit de laisser mourir des enfants à sa frontière et s’en laver les mains.

Enfin, suite aux votations du 9 février 2014, et en prévision de la troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III), je  travaillerai au Parlement pour que la Suisse demeure économiquement compétitive, mais surtout, que ce ne soient pas toujours les mêmes qui profitent de la croissance. Il est vital que la richesse bénéficie à toutes et tous, pas seulement à quelque uns.  Ce n’est pas aux travailleurs d’être les variables d’ajustement et de faire les frais des politiques d’austérité. Il faut renforcer la protection contre les licenciements et préserver les chômeurs et chômeuses âgé-e-s du chômage de longue durée. Imposer l’égalité des salaires à travers des dispositions contraignantes et des conventions collectives de travail est urgent. Cela devra se faire à l’échelon national.

Il n’y a pas de fatalité qui préside au fait que notre société soit de plus en plus inégalitaire.  Je suis fier de défendre une liste socialiste qui, elle, est progressiste, féministe, pour une Suisse pour toutes et tous, sans privilèges ni discriminations.

Que représente pour vous la région du Grand Genève ?

Un formidable potentiel de développement !  Notre région du Grand Genève dispose de ressources et d’un bassin de compétences peut-être unique au monde, qui doit désormais développer son potentiel et dépasser les barrières de la frontière (quelles soient dans les têtes ou sur le terrain) pour se construire un destin véritablement commun, prospère et durable. Je souhaite, bien évidemment, y contribuer.

Discussion 1 Comment

  1. Ghoudoussi Baldé says:

    Sylvain est un militant convaincu qui mérite le soutien de toutes et tous.

Publier un nouveau commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>