COP21, La France accueille et préside du 30 novembre au 11 décembre 2015 la Conférence de Paris sur le climat

9ad1ca7e2f98252334e12f5e2b49c717921753a9

© Présidence de la République – L. Blevennec Hommage aux victimes du Bataclan avec le président des Etats-Unis, Barack OBAMA, et la Maire de Paris Anne Hidalgo

Jamais Paris n’aura accueilli tant de chefs d’État et de gouvernements : 151 chefs d’État et de gouvernement du monde entier (l’Américain Barack Obama, le Chinois Xi Jinping, l’Indien Narendra Modi, le président russe Vladimir Poutine…) seront ainsi accueillis par le président de la République, le Secrétaire Général des Nations unies et le Président de la COP 21 sur le site du Bourget.

La France présidera la vingt-et-unième Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21/CMP21), qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015 . C’est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays. Cet accord devra être universel et durable. Il devra donner les signaux économiques et politiques, pour que le modèle de développement économique s’engage sur une nouvelle trajectoire, qui doit mener à la neutralité carbone ainsi qu’au respect de l’objectif des 2°C (c’est-à-dire le maintien du réchauffement global des températures sous la barre des +2°C). L’objectif est de bâtir une « Alliance de Paris pour le Climat », qui permette de contenir l’élévation de la température moyenne de la planète en dessous de 1,5 °C ou 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et d’adapter nos sociétés aux dérèglements existants.

7364176315429a227622db9e38906ad02efbe3f6
d394f05fbaf9c951f5ad13eac49d0f536cec355b
9ad1ca7e2f98252334e12f5e2b49c717921753a9
logo_tousensemble-150×218

logo_tousensemble-150x218Cette Alliance se déclinera en quatre volets:
1. la négociation d’un accord* universel, conformément au mandat de Durban, qui établisse des règles et des mécanismes capables de relever progressivement l’ambition pour respecter la limite des 1.5 ou 2°C ;
2. la présentation par tous les pays de leurs contributions nationales, avant la COP21, afin de créer un effet d’entraînement et de démontrer que tous les Etats avancent, en fonction de leurs réalités nationales, dans la même direction ;
3. le volet financier, qui doit permettre de soutenir les pays en développement et de financer la transition vers des économies bas-carbone et résilientes, avant et après 2020 ;
4.le renforcement des engagements des acteurs de la société civile et non-étatiques et des initiatives multipartenariales
de l’agenda des solutions, afin d’associer tous les acteurs et d’entamer des actions concrètes sans attendre l’entrée en vigueur du futur accord en 2020.

Cet accord universel juridiquement contraignant devra être un :
- un accord universel, conclu par tous, et applicable à tous les pays ;
- un accord ambitieux, qui permette de rester sous les 1,5 ou 2°C et adresse aux acteurs économiques les signaux nécessaires pour engager la transition vers
l’économie bas-carbone ;
- un accord flexible, qui prenne en compte les circonstances nationales, les besoins et les capacités respectives des pays en développement et les spécificités de certains pays, notamment les moins avancés et les petites îles ;
- un accord équilibré entre atténuation et adaptation, qui prévoit des moyens de mise en œuvre adéquats, en matière de financements, d’accès aux technologies et de renforcement des capacités ;
- un accord durable et dynamique, avec un objectif de long terme en accord avec la limite de 1,5 ou 2°C qui puisse guider et renforcer l’action contre le
dérèglement climatique, avec une revue périodique à la hausse du niveau d’ambition.

Images satellites de la banquise arctique en septembre 2005 puis en septembre 2007 Crédits : Nasa

Images satellites de la banquise arctique en septembre 2005 puis en septembre 2007
Crédits : Nasa

Le phénomène du dérèglement climatique
Les activités humaines génèrent des gaz à effet de serre dits « anthropiques »
(par opposition aux gaz à effet de serre présents naturellement dans
l’atmosphère). Ces émissions de gaz modifient la composition de l’atmosphère, provoquant une augmentation de l’effet de serre à l
’origine du réchauffement
planétaire. Les émissions des gaz à effet de serre couverts par
le protocole de Kyoto ont augmenté de 80 % depuis 1970, et de 30 % depuis 1990 pour atteindre 49 Giga tonnes équivalent CO2 (Gt CO2 éq) en 2010.
Au rythme actuel des émissions mondiales [+2,2%/an sur 2000-2010], la hausse des températures moyennes mondiales devrait être comprise entre 3,7 et 4,8°C d’ici à 2100. Pour limiter les concentrations atmosphériques à 450 ppm CO2 d’ici à 2100 et respecter l’objectif de +2°C, il faut réduire les émissions
mondiales de gaz à effet de serre de 40 à 70 % en 2050 par rapport aux niveaux de 2010 et atteindre des niveaux proches dezéro GtCO2 éq en 2100.

Les sept gaz à effet de serre couverts par le Protocole de Kyoto
-Dioxyde de carbone (CO2)
-Méthane (CH4)
-Protoxyde d’azote (N2O)
-Gaz fluorés (PFC, HFC, SF6)
-Tri fluorure d’azote depuis 2013 (NF3)

Les secteurs émetteurs de gaz à effet de serre dans le monde
35 % Production d’énergie
18 % Production industrielle
14 % Transport
14 % Agriculture
10 % Déforestation
6 % Bâtiments
3 % Déchets et traitement de l’eau

L’aménagement du site Paris-Le Bourget


Paris-Le Bourget présente sur le plan logistique la meilleure capacité d’accueil et d’accessibilité pour les délégations officielles, mais aussi la société civile et les médias, qui sont des composantes essentielles du succès de la conférence.
Cette conférence rassemblera près de 40 000 participants – délégués représentants chaque pays, observateurs, membres dela société civile… Il s’agit 16 du plus grand événement diplomatique accueilli par la France et également l’une des plus grandes conférences climatiques jamais organisées .

Trois zones seront organisées :
1. La « Zone bleue », c’est à dire le centre de conférence officiel accessible pour les personnes officiellement accréditées par les Nations unies
2.Les Espaces Générations Climat, dédiés à la sociétécivile, a proximité immédiate de la zone bleue . Ouverts au public, accès direct pour les personnes accréditées
3.La Galerie : un lieu d’exposition pour les entreprises, qui aura vocation à offrir un panorama des solutions développées pour faire face aux changements climatiques .

L’État et les collectivités locales concernées sont mobilisés pour mettre en place un site pour la conférence présentant des garanties absolues de sécurité et qui soit convivial, fonctionnel et respectueux des règles de développement durable.
La forme doit refléter le fond et l’esprit de la conférence, la COP21 sera éco-responsable : certification ISO, gestion des déchets, circuits courts, transports propres, empreinte carbone limitée et compensée, etc.

 

 

Publier un nouveau commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>